[ E C R T ]

Recherche

L'article appartient à cette rubrique :
La Transafricaine classic

Journal de Bord, 9 Novembre : Goulmine-Smara

mercredi 17 janvier 2007 par antoine

A peine couchés, déjà levés décidément les nuits sont bien courtes ! Curieusement la fatigue ne parait pas davantage que les autres jours, par contre nous sommes bien décidés à jouer les touristes durant cette journée car il faut impérativement ménager l’auto.

JPEG - 24.7 ko
Photo ECRT
Allo Maman Bobo

Nous décidons de faire route entre 504, car nos deux compères ont également soufferts hier et repartent avec la même philosophie que nous. Comme l’étape commence par une liaison de 200 kms, que nous devons à nouveau passer chez Mr Michelin (crevaisons chéries) pour acheter de nouveaux pneus, nous trainons en ville et en profitons pour faire du change et prendre un café. Les problèmes techniques ne nous oublient pas pour autant puisque au moment de remettre l’auto en route, bruit de courroie qui patine : Alternateur (monté neuf avant le départ) bloqué... Nous sortons les outils et je tente de faire tourner la poulie à l’aide d’une clef, le miracle se produit ! Par contre nous savons que nous devons maintenant compter avec ce risque de panne supplémentaire. Côté pneus si l’équipage N° 3 a trouvé son bonheur, nous repartons bredouilles car notre dimension de montage est moins courante.

La route est belle et sans surprise jusqu’à Tan Tan et je profite d’un peu de repos puis nous bifurquons vers M’sied et le goudron devient moins large, traversées de passages montagneux de toute beauté et le goudron tend à disparaitre par moments, finalement le timing va être serré et à l’approche du début de la spéciale un camion d’assistance nous bouchonne : nous franchissons la ligne de départ avec un léger retard ! Mais qu’importe nous sommes au départ et hier ce n’était pas gagné.

JPEG - 15 ko
Photo Maindru
Départ de Spéciale

Le range N° 77 part devant nous, l’autre 504 est juste derrière, nous devons rouler ensemble. Aussitôt partis le Range semble hésiter sur la direction, nous le passons et parcourons les premiers kilomètres mais déjà plus aucune trace du N° 3 ? Ils ne sont quand même pas tombés en panne à moins qu’une crevaison ? Nous trainons autant que faire se peut pour leur permettre de nous rattraper allant jusqu’à profiter d’une colline pour essayer de les voir sans résultats. De guère lasse nous poursuivons le parcours. Nous apprendrons en fin spéciale après les avoir retrouvés qu’ils n’ont pas eu le temps de doubler le Range avant que celui ci ne parte en tonneau sur crevaison !!! D’où arrêt de la 504 pour leur prêter assistance. Premier tonneau du Rallye donc, heureusement sans aucun bobos pour les occupants et dégâts minimes sur l’auto qui a pu repartir rapidement.

JPEG - 22.1 ko
Photo Maindru
Spéciale caillouteuse
JPEG - 17.1 ko
Photo Africarun
Ou plus roulante

Nous constatons de notre côté que la piste est très cassante et ne cherchons pas à forcer l’allure car de toute façon cette fois la moyenne demandée est irréalisable pour notre auto, au moins nous préserverons les pneus !

JPEG - 24.6 ko
Photo Maindru
Vincent, cette fois ton parebrise est propre, sort de l’eau !

Les autres concurrents connaissent aussi des déboires comme Steve et Christian avec leur Suzuki : arrêtés en bord de piste, problèmes d’alimentation d’essence, ils nous font signes de poursuivre. Plus loin Jean Marie (alias ZZ top) et Manuel sont eux aussi à l’arrêt, lames avant cassées mais là encore ils gèrent seuls le problème. Idem pour le Buggy Sunhill, amortisseur explosé. Par endroits cela devient même trialisant, mais notre hauteur est suffisante et nous passons sans encombre.

JPEG - 19.9 ko
Photo Maindru
La Gazelle aboie et la caravane passe
JPEG - 27.7 ko
Photo Maindru
Orange Mécanique au bain

Par contre une sortie d’oued va nous piéger car la marche à franchir à cet endroit a été creusée par le passage des autres concurrents et notre pont se pose. Nous réussissons une marche arrière mais c’est le seul passage de sortie en vue, nous nous posons à nouveau et commençons à empierrer sous les roues pour nous dégager... L’arrivée des 2 Stéphanes change la donne, ils tentent de passer devant nous en contournant l’obstacle, pour ensuite nous tirer, mais hélas à leur deuxième tentative, ils se plantent à leur tour... Qu’a cela ne tienne une fois encore pas le temps de les dégager que Chrislander (Christian Lantrès) arrive avec son camion, si cette fois ça ne sort pas ! Et bien non, dans un premier temps lui aussi décide de nous contourner pour nous tirer par devant : même motif même punition, il reste planté, mais pas pour les mêmes raisons ! Sa commande de boite reste bloquée alors qu’il est en plein franchissement(décidément !). Heureusement il parvient à la débloquer et peut reculer pour choisir ensuite la meilleure option, nous tirer en reculant pour libérer le passage, puis une fois devant, nous permettre de franchir la marche, non sans avoir au préalable sorti les Stéphanes ! Du coup c’est une petite troupe qui se remet en route puisque un dernier véhicule nous à rejoint entre temps.

JPEG - 14.9 ko
Photo Stéphane Cassier
Cassante la spéciale

Ce sera le seul problème que nous rencontrerons dans cette spéciale pourtant longue de 120 kms, et cela fait du bien, car le manque de sommeil se fait un peu sentir chez mon chauffeur heureux d’en finir.

JPEG - 11.9 ko
Photo Stéphane Cassier
Tonio, tu as meilleure mine qu’hier
JPEG - 19.8 ko
Photo Stéphane Cassier
Regroupement en fin de spéciale

Sitôt repassés en liaison, nous décidons donc d’une pause colation bien méritée, et sommes rejoints très rapidement par les Stéphanes et la Deuxième 504 qui montre enfin son nez et nous en donne l’explication (voir plus haut). Le temps d’un modeste repas et de quelques photos, nous admirons le passage du Berliet Gazelle, décidément ce paysage lui va bien, et nous reprenons la piste vers Smara.

JPEG - 21.2 ko
Photo Stéphane Cassier
c’est bon, hein ?
JPEG - 14.9 ko
Photo Stéphane Cassier
Quand je vous dit beau camion...
JPEG - 22.1 ko
Photo Stéphane Cassier
Jean Yves et Marcel, profession : camionneurs

Nous retrouvons rapidement des pistes très roulantes où notre vitesse de croisière monte rapidement, du coup nous vivons la Transafricaine telle qu’elle doit être, rien que pour nous, égoïstes que nous sommes, puisque roulent ensembles à belle allure la Gazelle, les 2 504 et le Range des premiers dakars, l’ensemble dégageant son panache de poussière ! Magnifique je vous dis, si seulement un hélico avait été là vous auriez certainement eu le droit d’en profiter vous aussi, nous ne pouvons vous proposer que quelques photos.

JPEG - 5.6 ko
Photo Stéphane Cassier
Orange Mécanique s’exprime sur son terrain de jeu !
JPEG - 11.2 ko
Photo Stéphane Cassier
Vraiment trop bon...
JPEG - 15.8 ko
Photo Stéphane Cassier
Peut être moins pour les Stéphanes

Le rythme est soutenu, nous retrouvons le goudron après une cinquantaine de kilomètres pour nous y appercevoir que le Range manque à l’appel. Attente, arrive un véhicule d’assistance qui nous explique que Stéphane à préferé faire une pause peu avant et nous rejoindra au bivouac.

JPEG - 15.1 ko
Photo Stéphane Cassier
Du coup le pilote fatigue
JPEG - 14.4 ko
Photo Stéphane Cassier
Ce n’est qu’un Range ! il a droit a des égards

Bilan de la journée une grosse chute dans les classements, ce qui vu les problèmes de la veille et notre rythme plus tranquille du jour est on ne peu plus normal ! Mais chacun vient prendre des nouvelles de notre mésaventure, montrant bien une fois encore cet esprit particulier de la Transafricaine.

JPEG - 19.5 ko
Photo Maindru
Bivouac, terminus tout le monde descend

Nous ne manquons pas la revisions quotidienne d’Orange Mécanique avant de prendre un repos bien mérité, même si ce soir là un fort vent souffle pendant toute la nuit.

JPEG - 7.6 ko
Photo Maindru
JPEG - 29.1 ko
La Photo souvenir by Gérard !

10 Novembre : Smara-Zouerat

Vous êtes sur un site internet créé avec le système de publication SPIP.