[ E C R T ]

Recherche

L'article appartient à cette rubrique :
La Transafricaine classic

Journal de Bord, 3 Novembre : Olivet-Narbonne

jeudi 14 décembre 2006 par antoine

Après une nuit dans le confort, nous retrouvons Bruno et ses enfants arrivés la veille au soir pour jouer les supporters pour notre plus grand plaisir, ils profiterons de notre home sweet home pour petit dej et la toilette. De notre côté le stress monte car aujourd’hui la course débute vraiment avec la 1ère spéciale. Le petit déjeuner avalé, nous nous rendons au parc fermé : Nous partons les seconds, le buggy Sunhill et la 2ème 504 ayant préférés squizer la spéciale compte tenu des trous d’eaux annoncés incompatibles avec leurs moteurs essence.

JPEG - 29.7 ko
Photo Africarun

Dédé Koro et Gérard partirons donc devant nous pour une petite liaison. Un épais brouillard nous mets dans l’ambiance j’en manque même de me perdre mais nous sommes bien sur la bonne route. Restons vigilant quand même.

JPEG - 23.5 ko
Photo Flat4ever
JPEG - 28 ko
Photo Africarun

Nous nous présentons au départ du SR (secteur de régularité) et il nous faudra attendre la fin de la spéciale pour nous apercevoir que nous en avons fait l’ouverture... Nos amis de la Godasse étant partis se promener involontairement en ville ! Pas étonnant que nous ne trouvions aucune trace de leur passage sur le parcours !

JPEG - 12.9 ko
Photo Maindru

Et quel parcours, aucune trace donc il faut suivre le road book de près tout en donnant les indications de temps ! Chaud, mais il faut bien se mettre dans le bain un jour... A ce propos si le parcours se passe sans problème, le dernier trou d’eau signalé hier soir au briefing comme étant plus délicat à aborder que les précédents (pour rappel nous sommes sur un terrain d’entrainement conçu pour les chars et les passages aquatiques ne manquent pas) nous arrête, sa sortie comporte une marche et malgré les pneus à crampons dont nous disposons il nous manque un peu d’adhérence pour ressortir. Je sors donc de l’auto (l’eau aux genoux) attrape la sangle dans la porte arrière et la mets en place. Il faut faire vite car l’auto se rempli d’eau et les 3 ou 4 personnes du public postées à proximité viennent à notre aide en tirant avec moi sur la sangle. L’auto ressort de ce piège qui en bloquera plus d’un !

JPEG - 17.8 ko
Photo Flat4ever
JPEG - 27.5 ko
Image de... ?
JPEG - 19.5 ko
Photo Flat4ever
JPEG - 18.2 ko
Image de... ?
JPEG - 17.4 ko
Photo Flat4ever

Dommage nous perdons 3 ou 4 minutes sur ce passage mais la spéciale se termine peu après et nous sommes heureux, nous sommes passés ! Y avait il du public des photographes ou même la télé ? Nous n’en savons rien tellement nous étions concentré sur le parcours...

Sortis de là nous récupérons nos roues prévues pour le goudron auprès de Bruno qui prend en charges les roues à crampons dont nous n’aurons plus besoin, j’en profite pour me changer (décidément humide cette région) et nous repartons aussitôt vers Narbonne. La N20 de la grande époque est devenue 4 voies et le public n’est pas au rendez vous, nous traçons donc jusqu’à la fin de l’étape à notre petit rhytme de croisière.

Nous arrivons avec une avance suffisante pour procéder au nettoyage de l’auto avant la mise en parc fermé, où nous découvrons que pour certains la spéciale n’a pas été sans problèmes véhicules recouverts de boue alors que pour d’autre il faut déjà sortir les outils afin d’être prêt à temps pour demain.

JPEG - 30.2 ko
Photo Ecrt

Mes neveux Toulousains ayant fait le déplacement pour assister à notre arrivée, nous prendrons en charge via le restaurant puis l’hotel et une nuit déjà plus courte et moins confortable que la précédente.

Journée du 4 Novembre : Narbonne-Alicante

Vous êtes sur un site internet créé avec le système de publication SPIP.